Ultra Runners

Forum d'échange sur la course à pied. toutes les distances sont abordées et plus particulièrement les courses nature d'ultra raids. L'adhésion à ce forum n'entraîne aucune cotisation de votre part mais les dons à l'association sont les bienvenus.


    CR Diag Tiblam

    Partagez
    avatar
    tiblam

    Messages : 155
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 41

    CR Diag Tiblam

    Message  tiblam le Mar 22 Oct 2013 - 7:40

    Bon,
    faut s'accrocher, je suis bavard ...

    Dimanche 20/10,

    ça y est, je l'ai fait, j'ai survécu, et je veux que la magie se poursuive en écrivant ces quelques lignes, qui seront surement un peu longues, comme les ultras.

    Comment j'ai choisi la Diag pour 2013

    Après un UTMB2012 un peu raccourci , j'ai à nouveau envie de défi, et je me dis que je retenterai bien  à nouveau l'UTMB en 2013, même si j'ai pesté contre l'organisation en 2012; mais il me manque 2 points.
    D'ici la fin de l'année, j'ai l'Origole (quasi à domicile) qui me permettra de les avoir, sans non plus trouer mon budget (transport/logement, etc…). Mon pote Guillaume se fout un peu de cette course en disant que c'est vraiment abusé qu'ils donnent 2 points à cette course (tout comme au trail de Paris) .

    Enfin, je ne reste pas sur mes acquis d'entrainement sur l'UTMB et repars dans une prépa Origole. Peut être était ce trop, car au début j'étais à fond, mais sur la fin de la prépa, j'en avais vraiment marre de m'entrainer, et n'étais plus motivé!
    Je prends le départ fatigué (23h dans le froid hivernal, alors qu'une fête d'Annie de ma cousine a lieu en même temps), je fais les 2 1eres boucles dans les temps (course de 3 boucles d'env 30 kms, les barrières étant sur chaque boucle), et surprise, j'apprends qu'il y aura une barrière intermédiaire dans la 3e boucle, bref, cela me mine, je ne sais pas du tout où elle est, et je ne pense quà ça. Bref, le couperet tombe, je suis arrêté 5mns trop tard au 68e km, et j'attends bêtement qu'une voiture me rapatrie.

    Bref, je n'ai pas les point UTMB, je me dis que c'est un mal pour un bien, vu l'édition de 2012 de toutes façons … Mais il me faut trouver quelque chose … Je pense à la TMQ en Martinique, étant martiniquais et ayant fait sa grande soeur le grand raid manikou, et que je le sais, fort de mon expérience, je peux bien améliorer mon temps. Par contre, les dates ne tombent pas super bien par rapport aux vacances scolaires, et maintenant, ma grande fille, Diane, est au CP, et il est plus difficile de prendre des largesses avec l'école.

    Je jette un oeil sur la Diagonale des fous, et je vois que par rapport aux vacances scolaires, ça tombe nickel : je partirais seul au début (c'est toujours chiant pour l'entourage les 2/3 jours avant où le coureur ne pense qu'à ça, et les vacanciers voudraient faire autre chose). Donc là, c'est top: je pars seul, je commence ma course le jeudi soir, et les filles arrivent le samedi quand je serais sur la fin de ma course, et après on passe des supers vacances. Audrey n'a pas été longue à convaincre, et voilà comment s'est lancé le projet Diag.

    Je ne détaillerai pas non plus tous les rebondissements sur l'inscription, ainsi que le parcours de la diag, sinon, je ne raconterai jamais ma course Smile


    La préparation

    Comme il s'agit quand meme de la Diagonale des fous, et qu'à 4, c'est quand meme un petit budget, il ne faudrait pas que je fasse la gueule, ou soit amertume pendant mes vacances, alors il me faut bien la préparer. Quitte à commencer un peu plus tôt l'entrainement. En général, je me prend 6 mois,mais là, en discutant avec mon pote Malte, il me conseille le livre d'Eric Lacroix qui donne un plan sur 1 an finalement, avec au début l'amélioration de la vitesse, ce que je faisais déjà un peu ces derniers temps avec mon sparring partner Jérôme qui s'entrainait pour le semi de Paris.
    Je commence donc l'entrainement spécifique "Eric Lacroix" le 4 mars, soit 8 mois avant. Ce qui devrait me laisser 2 mois de plus pour perdre mes kgs superflus.

    Je me dis aussi, qu'il me faut faire une course témoin de la 1/2 de la Diag, car, c'est ce que tout le monde fait j'ai remarqué … Je cherche un peu, et je trouve le Restonica Trail qui m'a l'air d'être le plus approprié : c'est sur une île, avec un fort dénivelé en une pente (1500D+), ça se rapproche de la Reunion … C'est décidé, je pars faire cette Corse, heu, cette Course.

    Par contre, je ne l'aborde pas comme une course, mais comme un entrainement, et j'ai laissé une belle charge de travail la semaine précédente, et ai à peine ralenti la semaine de la course. J'ai aussi un peu bu 2j avant, n'ai pas bien dormi la veille.
    Bref, tout ça fait qu'au 38e, j'ai été pris de crampes fulgurantes, qui m'ont immobilisé. J'ai été rapatrié en hélico vers l'hosto le plus proche. Bilan: "Deshydration complète ayant provoqué des insuffisances rénales".

    Bon, ben, pour une course témoin, ça ne rassure pas, mais, maintenant, faut essayer de comprendre. Je vais voir 2 médecins, qui ne me disent pas vraiment grand chose, si ce n'est boire, et bien manger (ce que je ne faisais pas forcément). Et la phrase quand meme du médecin qui m'a marqué a été un truc du genre :
    "Vous faites un sport, l'ultra trail, qui impose de ne laisser part à aucun hasard, et je vois que c'est un peu approximatif", cette phrase aura trotté dans ma tete pour le reste de ma prépa.
    En conclusion, je me dis qu'en Corse, c'était du à ma mauvaise alimentation, et au fait que je continuais à boire de l'alcool (sans abus, mais tout de même).

    En tous cas, je me pose pas mal de question, n'est ce pas trop pour moi la Diag, en plus Guillaume me rajoute de la pression en me disant que c'est un signe, et laisse entendre que je pourrai carrément y rester … Qu'Ella avait fini sur une civière etc etc …
    Je me pose des questions, je me dis que je vais peut être m'arrêter à la moitié ? Je ne veux pas imaginer l'horreur des mes 3 girls qui arrivent pour des vacances top, et qui doivent gérer une issue fatale ...
    Mais Audrey a balayé l'argument et continue à me soutenir dans mon projet, ça m'a bien aidé. Il y a aussi mon partner Jérôme qui me soutient aussi à fond.
    Donc, comme lors des ultras, je passe du moins bien au bien, et je continue ma prépa, en me disant que j'essaierai de faire plus de D+, et pourquoi pas essayer d' aller aux 25 bosses. J'avais un souvenir de 2010 où c'était un peu comme en Corse justement, pas vraiment de vraie montée, mais de l'escalade. Je me dis que , même si ce ne sont pas de grandes montées comme Guillaume prône énormément, la succession de montées descentes pour un fort dénivelé à la fin ne peut m'être que bénéfique, à moindre coût, car pas trop loin de chez moi.
    On me dit de faire d'autres courses témoins, mais je n'ai pas envie de me mettre une nouvelle pression, comme le dit leptimichel, l'électron, il n'y a que les objectifs majeurs qui comptent, et jusqu'à maintenant je n'ai fait qu'une course par an, pas besoin d'aller me fatiguer ailleurs. Je n'en ferai donc pas.


    Donc 1 mois avant le départ : Grosse prise en compte; c'est la dernière ligne droite, je mets tout en place:
    - tannage des pieds 2fois par jour
    - Je trouve que je n'ai pas perdu tous les kgs escomptés lors de cette prépa, donc je fais mon régime soupe aux choux. Ma cousine qui m'avait parlé de ce régime m'avait dit que c'était un régime pour les sportifs de haut niveau qui s'était fulgarisé, il ne dure qu'une semaine, et il a déjà marché sur moi par 2 fois auparavant. Il y en a qui me disent que ce n'est pas bon de perdre autant d'un coup, mais moi, je sais que je serais mieux à porter moins de kgs, et je viens de finir "born to run", et manger des légumes ça ne peut pas faire de mal. Là encore, ça a bien marché, mais c'est vrai que j'ai continué mon entrainement pendant cette semaine, donc j'ai bien puisé dans mes graisses. J'ai perdu 7.4kg pendant cette semaine. Je me pèse : 85.5kgs, pour 1m80 j'avais un obj de 85, donc je suis content, et pour ne pas que ça gamberge dans ma tête, je décide de ne plus me peser.
    Ensuite, j'ai continué à manger (avec des exceptions) des légumes -> la dernière semaine où je n'ai mangé que des pattes.
    Tout le monde me dit que j'ai maigri, ça me rassure, voir que j'ai encore perdu après le régime, mais je ne vais pas me repeser …

    Dimanche 13/10,je pars pour la Réunion, je vas pouvoir me reposer un peu avant le départ avec des grasses mat.
    Le jour de la récup des dossards, Phil m'a aidé pour que je laisse ma voiture à l'aéroport pour mes filles qui arrivent samedi, et m'a ramené chez moi.
    On a fait les 3h de queue ensemble pour récupérer les kdos des sponsors. Y a Steph à qui l'on pense particulièrment, il ne peut pas être avec nous à cause de son ménisque, mais ça tombe bien, voilà qu'il nous appelle …
    Enfin, voilà, tout est ok, y a plus qu'à faire une bonne nuit pour accumuler le max de sommeil.


    La Course

    St. Pierre -> Cilaos

    Je n'ai pas eu une super nuit : je ne me coucherai pas avant 1h du mat, levé à 9h30, sieste dure dans l'après midi. Enfin, dans le bus pour aller à St Pierre, j'ai pu me reposer, et au départ je me suis allongé aussi, on va dire que j'ai peaufiné mon entrainement à faire les micros sommeils (entrainements que j'avais d'ailleurs pas mal fait dans le métro le matin en allant au boulot).  

    Je suis bien placé au départ, grâce à Phil, qui est là depuis l'ouverture Smile
    Y a même Antoine Guillon qui est derrière moi, je le filme rapidement en lui disant qu'on se retrouve à la Redoute.
    22h30, on doit se diriger vers le départ, ça va à fond, tout le monde veut être devant, même qu'après ils doivent refaire passer les élites devant …

    23h00,
    ça y est, les "fouves" sont lâchés. Le départ de St Pierre est tout simplement magique, ça m'embêtait que ça ne parte pas de St Philippe, car ça ne fait pas vraiment une diagonale, y a le meme D+ et le meme kilométrage, mais le tracé ne fait pas une vraie diag, donc ça m'embêtait, mais ces 3 1ers kms effacent mes regrets, car cette foule à cette heure tardive qui nous encourage, c'est vraiment magique. C'est " l'avantage" d'être parti de la capitale du sud …
    Je cours tranquillement, en appréciant l'ambiance, je le fais à la sensation, je dois être entre 5'30 et 6' / km. Hier,  Phil m'a dit qu'il serait en 12km/h (5' / km) et qu'il courrait dans les montées pour ne pas avoir de bouchons.
    Je ne me sens pas d'accélérer, je trouve que je suis plutôt à un bon rythme, donc je reste ainsi, mais par contre, dans les montées pas trop pentues, je continue à courir . Je m'étais dit que j'allais courir peut être jusqu'au domaine Vidot (600 alt.) et qu'après il me faudrait surement marcher. C'est grosso modo ce que j'ai fait, sachant qu'il y avait pas mal de bitume, ça ressemblait pas mal à mon terrain d'entrainement, donc mes côtes en courant se passaient plutôt bien.

    Domaine Vidot, on passe dans des tentes, ravito rapide, et je repars, je sais que le prochain ravit à mont vert les haut est à 1500m d'altitude, et que c'est là que je me changerai. Je monte bien, ce genre de montée me va bien, il fait un peu frais tout de même, je m'arrête pour mettre à minima mon coupe vent en plus. Après j'avais trop chaud, ça aura été mon gros problème lors de cette course, car je n'ai pas arrêté de m'arrêter pour me découvrir, et me recouvrir, mais bon, je me disais (pour toujours positiver) qu'au moins ça me permettait de souffler et un peu me reposer.

    Arrivé à Mont Vert les Hauts, je me change comme je peux, mais là, il n'y a quasi pas de tentes, si ce n'est qu'elles sont déjà remplies par des raiders encore plus transi de froid que moi et réchauffés par les bénévoles.
    J'arrive à me changer, j'ai mes 3 couches, je me sens déjà mieux, mais ce n'est pas encore ça, enfin, ce n'est pas bien grave, la montée va me réchauffer … Et c'est reparti, et en effet ça va tout de suite mieux.
    La montée là aussi me va bien, je suis bien, je trouve que j'ai un bon rythme, y a des redescentes hyper techniques où il y a des bouchons , mais comme le dit un des raiders derrière 'ça permet de souffler', et c'est pas faux, car ça va vite quand même …

    Le reste de la nuit et de la montée se passe plutôt bien, je suis bien par rapport à mes prévisions (je m'étais fait des prévisions sur 50h avec 2h à Cilaos et 2h à Halte là, mais je n'ai pas assez travaillé ce point, car en regardant le temps de passage au prochain checkpoint après Cilaos, et après Halte là; c'est comme si je n'avais pas fait de pauses); enfin bref, je me garde ces infos en tant qu'indicateur, et continue à le faire à la sensation.
    Le lever du jour est magique, il fait une bonne température, je ne sais pas trop où je suis, pas trop loin du volcan, on traverse sa route, et le paysage, bien qu'il ne soit pas lunaire, est tout de même majestueux.

    J'arrive à Textor bien, et toujours bien dans mes prévisions (jarrive à 6h51, j'avais prévu 8h15), c'est comme pour les barrières horaires (BH), je préfère avoir de l'avance, car l'avance peut vite fondre sur un parcours qui n'est jamais exact, en général les parcours sont toujours un peu plus longs …
    A Textor, je vois Laurent, dossard 1508 avec qui j'ai sympathisé hier au retrait des dossards qui avait été éliminé l'année dernière par les BH qui me dit qu'il a trop d'avance sur son temps, qu'il reste 120kms et qu'on n'en a fait que 40, donc il faut se calmer.
    Je n'ai pas eu cette approche, j'ai vraiment eu l'approche MDS; ie, objectif prochain CP, je ne pensais pas à l'arrivée.
    Je ne sais pas ce que ça aura donné pour Laurent, car je viens d'aller voir le résultat du dossard 1508, et ce n'était pas Laurent …

    Je descend donc vers Mare à boue qui pour le coup aura été vraiment sec (on a eu bop de chance sur la météo cette année, il a fait froid, certes, mais le terrain était sec, et les pluies ont été très fines).
    J'arrive à 8h42 (prévu 10h), donc je suis toujours bien, et j'ai faim, donc ça me rassure aussi, car je bois bien, et je mange bien (ma technique : toutes les heures je prends obligatoirement une barre de pate de fruits + tous les ravitos où j'essaie de prendre un peu de banane pour le magnésium, et je bois; dans un de mes bidons je mets constamment du sel).
    A ce ravit de mare a boue, il y a du poulet que j'ai vraiment pris bop de plaisir à manger, j'ai pris beaucoup de temps.
    Je me dis que Phil doit être loin ( il m'avait dit qu'il y serait à 7h , que c'était comme ça qu'il avait marché aux Pyrénées et qu'il s'était entrainé pour).
    Mais bon, je suis dans mon timing, donc ça va, surtout que j'ai une hallucination, juste avant que je reparte, je vois que Yannick et David arrivent au ravitaillement. Ces 2 mecs sont des "fusées" que j'avais rencontrés au stage UTMB de Vincent Delebarre, ils sont tous les 2 en moins de 3h au marathon, et je me demande si Yannick n'a pas fait l'UTMB en 29h … Du coup, je me dis que je suis surement pas si mal que ça, mais je pense qu'ils me doubleront bientôt …

    Je pars donc à l'assaut du coteau Kerveguen (alt 2206m), où l'on me dit avant de partir, prends bien de l'eau, là vous allez avoir 12kms 1000m de D+, je ne relève pas, et la montée est douce, mais interminable, du coup, je me dis qu'il faut bien les faire les kms, et que c'est pour ça que c'est si long. Mais les 1000m de D+, je n'avais pas l'explication … En effet, mare à boue à 1600m et Kerveguen à 2200, logiquement, il n'y avait que 600 à faire … Mais bien sûr, ça ne se passe pas comme ça au grand raid …
    Après la longue montée, il y a eu une longue descente, et un raider a dit qu'on devait surement déjà être en train de redescendre vers Cilaos; moi j'ai émis mes doutes … J'ai dit que ça m'étonnerait qu'on n'ai pas atteint les 2200 d'altitude (car sur ma montre, j'avais mis 2 infos : heure + altitude), mais qu'on pouvait toujours rêver … Enfin, à ce moment de la course, ça ne m'a pas trop dérangé ce genre de toboggan …
    On arrive enfin au sommet, et on redescend vers Cilaos, on la voit de haut, c'est quand même quelque chose, c'est vraiment beau.
    La descente est hyper méga technique, mais Ciloas n'arrivait jamais … Un radier me dit "Cilaos c'est comme la Redoute, on sait que c'est là, mais on n'y arrive jamais", je lui dit que j'en sais rien, car c'est la 1ere fois que je le fais. C'est vrai que je fais plutôt couleur locale, et souvent les réunionnais m'ont parlé en créole, mais je ne comprenais rien, pourtant il y a pas mal de mots communs, mais l'accent est incompréhensible pour moi …

    On arrive enfin à la fin de la descente, je pense être arrivé à Cilaos, surtout que j'ai au compteur déjà 65kms, et je suis en mode "ultra trail" sur mon GPS, donc logiquement j'ai un peu moins de distance, mais en fait, le bénévole me dit que c'est encore a 4kms, je lui dis donc que ce n'était pas prévu qu'ils ont rallongé le parcours, il me dit 'oui'.
    Bon au final, je ne pense pas qu'ils l'aient rallongé, mais c'est comme ça sur tous les trails donc je ne m'offusque pas plus, et je repars vers Cilaos, je pensais que ce serait surtout de la descente, mais il y a des remontées, mais bon, ça a été, et je suis arrivé enfin à Cilaos à 14h17, j'avais prévu 15h, mais j'ai 5kms de plus au compteur, donc je me dis que ça va, je suis rerentré dans les temps de mon planning 50h.


    Cilaos -> Halte là

    Cilaos, là où la course commence …
    Au stade, je n'ai pas été des plus optimum, j'ai récupéré mon sac d'allègement, mais je pense que j'avais mis trop de trucs dedans, j'ai été à la tente pour me changer, et changer mes affaires, je me suis dit que j'allais essayer de dormir 1/2h, mais au bout de 10mns, j'ai vu que je perdais du temps, donc je suis parti, j'ai redonné mon sac d'allégement, je suis parti manger, et ensuite, avant de repartir, je me suis dit que c'était pas mal que j'aille voir les médecins ou kiné, car je sentais quand meme mon tendon d'Achille  qui m'a fait souffrir pendant toute ma prépa. Mais c'est assez mal foutu à Cilaos, donc je revenais en arrière pour aller voir les médecins, et j'hésitais finalement , je me disais que j'allais perdre du temps, et arrivé devant les tentes médicales, j'ai finalement renoncé, je n'avais pas si mal que ça, donc je suis reparti dans la bonne direction.

    sur mon plan de parcours 50h, comme j'avais prévu 2h de pause à Cilaos, je pensais que le début du sentier du Taïbit était vraiment tout prêt (car je n'avais que 2h), et d'ailleurs en sortant du stade, y a une indication "début du sentier du taïbit : 200m" , mais je pense qu'on n'y a pas été directement,  et j'avais beaucoup de mal avec les repères sur cette partie, je regardais la carte du profil, je voyais que je devais redescendre à la cascade bras rouge pour remonter au début du sentier du taïbit, mais là les toboggans n'ont pas arrêté, et pour le coup, c'était vraiment dur, car mon plan 50h était complètement à l'ouest, je ne savais pas où j'étais, et les montées n'étaient pas des plus simples.

    Finalement, j'arrive au pied du taïbit enfin, là, j'en vois plein qui hésitent.
    Je me pose un peu, sors mon mp3, je me dis qu'il faut que je sois un peu aidé sur cette montée, je me couvre, car il caille, fait le plein, et c'est parti pour Mafate, c'est quelque chose de magique de se dire qu'on va rentrer pour 50kms sans échappatoire possible …
    Je repense à mon épisode Corse où j'ai été rapatrié en hélico, je me dis qu'en sortant de Mafate, j'aurais effacé cet échec, car pour le coup, ceux qui abandonnent dans Mafate, c'est par hélico …

    La montée du Taïbit se passe bien, au moins "il ne triche pas", il ne fait que monter, et y a pas de surprise de toboggan, je me mets un rythme de 3 chansons pour regarder ma montre, et voir que je fais bien environ 100m de D+ à chaque fois.
    J'ai quand même quelques coups de chaud et de froid qui me font m'arrêter pour soit me dévêtir, soit me rhabiller , et j'arrive enfin au col.

    Ca y est, je suis dans Mafate, Marla est annoncé à 45mns, je pense y être dans 1/2h ou un peu moins, je descends bien, je n'arrête pas de doubler, ce qui est d'ailleurs un peu chiant des fois, car le sentier est étroit, et c'est assez dur de doubler,et qu'il y a beaucoup de groupes, enfin, je mets le clignotant quand j'en peux plus d'être dans la queue du groupe, et j'arrive à Marla. Je vais essayer de dormir 1h30.

    L'orga à Marla nest pas top, la tente des médecins a meme l'air d'être chasse gardée, en arrivant je voulais m'y changer, mais on m'a vite demandé ce que je voulais, j'ai dit que je me changeais juste à l'abri, et que je repartirais après, mais si pas blessé, faut pas rester là …
    Je pensais qu'il y aurait des tentes, mais que nenni, il y a des bâches par terre sur l'herbe, et des papillotes couchées dessus. Donc je fais pareil,  je me mets dans mon sac de couchage en matière couverture de survie (top), et je me couche au milieu des autres. Par contre, j'avais super froid, et je n'arrivais pas bien à m'assoupir, du coup, j'avais prévu de dormir 1h30, mais au bout d'1h j'ai commencé à me dire que j'allais y aller, mais le fait de sortir de mon sac, je gelais, donc je repoussais un peu plus le départ, et je me suis finalement raisonné, car ce serait toujours difficile quoiqu'il arrive ...

    Je repars de Marla en me disant que j'ai quand même du me reposer un peu, ça va, je repars tranquillou, je ne regarde plus trop mon plan 50h, mais plus celui des BH, et je tiens à avoir au moins 2h d'avance sur elles.
    Je passe dans la plaine des tamarins ou sur le "faux rhum de la diagonale des fous" on m'avait conseillé de dormir là, et en effet, il y a quelques papillotes, et ça aurait beaucoup mieux que je m'arrête là plutôt qu'à Marla … Enfin, trop tard, je continue maintenant.
    Devant moi, j'aperçois des frontales hyper hautes, alors qu'on est à 1920m d'altitude (col de boeufs à 1950) , je demande si ce qu'on voit en face, c'est le Maïdo, que ça ne peut pas être le col des boeufs … Et bien le Maïdo, c'était pas pour tout de suite :)c'était bel et bien le col des boeufs … Finalement, on monte assez rapidement (1975m à ma montre en haut), donc ça va. Par contre, là haut, un vent de fous, j'avais super froid, donc j'ai recommencé à courir dans la descente, sur une route vraiment large, le ravito était env à 1km ou 2.
    Mais dans cette descente, par contre, j'ai commencé à "pêcher des lambis" (ie je m'endormais), je me  suis dit warning, warning, là, ça va, la route est hyper large, mais par contre, au ravito, je dors …

    Arrivé au ravito de la plaine des merles, c'est encore la guerre pour dormir, y a pas de place, ils nous disent d'essayer de voir au sentier scout 1/4h plus bas, mais qu'on n'est pas les seuls à vouloir dormir , donc ne pas trop y croire …
    Moi du coup, je n'y crois pas, mais je commence à me poser quand même des questions, je me demande où je vais dormir, je ne pêche plus de lambis, est ce du à mes pastilles de Gin Chia (Lors du Paris Mantes en 2007, Gak m'avait fait découvrir ce mélange naturel de Ginseng et de Chia Doré qui m'avait bien réveillé, du coup, pour les nuits des raids, je ne pars plus sans …)  
    En tous cas, je me dis que si jamais je repêche des lambis, j'essaierai la technique de micro sieste de 10 mns sur le côté.
    Finalement, j'arrive au sentier scout, et sous une tente, y a une belle place pour moi … Je ne suis pas fatigué, mais je me dis qu'il vaut mieux m'arrêter, donc je me mets dans mon sac de couchage, je mets ma montre 23 mns plus tard histoire d'avoir vraiment 20mns de sommeil, et quand ça sonne, je me sens bien, j'hésite à me remettre 20mns, mais me dit que ce n'est pas sérieux, que ça va, donc je repars, et je fais le bonheur d'un autre raider qui va prendre ma place.

    La suite de ma nuit dans Mafate est une succession de montées et de descentes qui ne correspondent pas vraiment au profil que j'ai sur mon plan, mais bon, je me mets dans la tête d'avancer, et d'avoir de l'avance sur les BH, et de bien surveiller mon sommeil et ma lucidité. Je repense à Guillaume et à ses hallucinations, la seule que je pourrais dire que j'ai eu, est que j'ai confondu un bosquet avec un gros caillou , donc comme je comptais m'appuyer dessus pour descendre, j'ai failli faire une belle chute, mais c'est tout.
    La remontée vers Ilet à Bourse (même si ça ne devait être que de la descente comme nous avait dit le bénévole) se fait après avoir traversé un pont où l'on ne peut y passer qu'un à un et qui bougeait pas mal … Je suis curieux de voir ce que ça aurait donné de jour, ça doit être géant ça aussi …
    En haut de la montée, y a une fille qui me dit qu'on s'est trompé qu'on a tourné en rond ( on se retrouvait devant une indication ilet a bourse qu'on avait vu 2h avant).
    Je lui dis que je vois une rubalise devant, donc que c'est la bonne direction, mais elle est paniquée , me transmet un peu son stress, et me dit qu'avant il y avait pleins de frontales et que là y en a plus. Alors j'imagine l'horreur, se retaper 2h en sens inverse et ne pas savoir où on va … Mais finalement d'autres frontales nous rattrapent, et nous disent qu'ils ne vont pas assez vite pour nous ou quoi, mais que c'est bien la bonne direction, donc nous repartons quasi sereins, mais vraiment rassérénés quand on arrive à ilet à bourse.

    De ilet à bourse à Grand Place, c'était une succession de toboggans si ma mémoire est bonne, ça ne m'a pas trop marqué,
    si ce n'est qu'il commence  à faire jour, et que je vois un rasta qui me dépasse, et je me dis que ça ne peut pas être lui … et pourtant dans le lacet d'après, je le vois clairement, c'est Widy Grego, alors je lui dit "Widy, qu'est ce que tu fais là, je pensais que tu étais devant", et il me dit qu'il l'était, mais qu'il a eu des problèmes d'alimentation, alors il s'est arrêté, il a passé la nuit au ravito et qu'il repart maintenant … un autre grand champion qui finit la course, ça fait plaisir de voir ça …

    Ce qui m'a marqué aussi, c'est de grand place à école de roche plate, ie juste avant la dernière ascension du Maïdo.
    Là, c'était clairement une succession de toboggans, mais des toboggans géants, et mon plan avec les dénivelés n'y comprenait rien.
    Et des gros murs où je n'avançais pas. C'était un gros problème lors de mon GRR, dans ce genre de montée (à la col du bonhomme de l'utmb), je suis au ralenti, et il y avait souvent des groupes de 15 mecs qui arrivaient à donf, donc je me mettais sur le côté pour les laisser passer, donc j'attendais 3 plombes, et ensuite dans la descente, faut croire que je descend pas si mal, car je les rattrapais tous, et c'était chiant pour tous les doubler …

    Dans cette partie, il y a quand même eu de beaux paysages, comme la roche ancrée où l'on traverse la rivière, et dans la remontée qui a suivi, il y a eu Gino du "faux rhum" qui m'a rattrapé également, alors que je le pensais devant, mais il n'avait pas la forme, et était dans une espèce de reportage pour Réunion 1ere visiblement, donc il m'a interviewé, mais je ne sais pas si c'est passé, et quand ça devrait passer …
    Enfin, ça a fait un break à ces toboggans interminables qui m'ont bien attaqués, et le faux plat descendant vers l'école qui n'en finissait pas m'ont bien entamé … Je me suis dit que je ne pourrais pas bien aborder le Maïdo comme ça, Malte m'avait dit que c'était pentu "comme ça" (ie vertical) et en plein soleil. Donc je décide de dormir 20mns avant de repartir. Je remplis mes bidons, essaie de remplir aussi ma poche à eau, mais en fout la moitié par terre, et ça me gonfle de tout ressortir du sac, donc je me dis tant pis. Je croise Phil qui a l'air d'avoir la forme, je lui dit que j'ai dormi et que je vais en chier dans la montée, lui me dit "non, y en a pour 2h30", au moins, j'ai un repère. Je lui dit que j'y vais, et qu'il me rattrapera certainement dans la montée.

    Je pars donc dans la montée du Maïdo, je croise une femme qui me dit que je me trompe de chemin, je fais demi tour, et puis d'autres raiders vont dans la direction où j'allais, donc la fille de cette femme lui dit que tout le monde va par là … donc elle est un peu confuse, mais bon, c'est pas grave, je me demande si je fais 1/2 tour plus loin pour vraiment remplir ma poche à eau, mais je me dis non, tant pis, je devrais tenir 2h30, et mon sac pèse déjà 7kg, alors avec 2 de plus, ça risque d'être dur, du coup je continue., y a Phil qui me rattrape, qui a la pêche je trouve, il me double, mais je le vois de loin, et on va à peu près au même rythme, je le redouble, je fais des pauses tous les 100m de D+, et donc Phil me redouble, et on a un peu joué comme ça dans la montée, sauf les derniers 130m où je n'allais pas faire ma pause quand il restait 30m de D+, surtout que Phil a accéléré sur la fin, je crois bien qu'il voulait bipper avant moi là haut, mais il n'a pas tenu son accélération et c'est lui qui a fait la pause avant les 30 derniers metres … Perso, je l'aurais laissé bipper avant moi, mais après l'avoir dépassé et l'avoir attendu devant le pointage Smile… Ben oui, même dans la fin du peloton y a de la bagarre …
    enfin là haut, pas de pointage, et donc je continue, car le ravito est , me dit on, à 20mns …

    Au ravito, rien de spécial, on parle de la descente vers sans souci, je demande si c'est une vraie descente, ou s'il y aura des toboggans, la bénévole me dit que c'est une vraie descente, mais qu'ensuite ça va remonter (perse, ça ne me dérange pas que ça monte, mais soit ça monte, soit ça descend, sinon, on n'a aucun repère, et c'est super dur moralement …).
    Finalement je dirais que la 1ere heure ou meme heure et demie, c'est une succession de toboggans, ce qui a le don de m'agacer, et on arrive à un pointage sauvage où l'on me demande si ça va, et je lui ai dit que j'en ai marre de monter pour une descente, et il me dit que là, ça va encore monter pendant environ "5mns de temps" (que je prends bien sûr comme un bon 1/4h), et qu'ensuite c'est 7kms de descente tranquille, voir faux plat.
    Pour le coup, ce n'est pas trop faux ce qu'il m'a dit, mais c'est assez cassant, car on a à faire quand meme 1500m de D- et après 120 bornes, c'est pas facile.
    Mais bon, là au moins, ça descend et ça ne remonte pas, et puis l'arrivée à Sans souci, il y a mes 3 femmes qui sont là à m'attendre, elles ont attéri le matin … Donc , 200m env avant le ravito elles étaient là à m'attendre , et ce fut super sympa de leur prendre la main, et d'aller au ravito avec elles en prenant mon temps, et en savourant ce bon moment du parcours.

    Au ravito de sans souci en plus, ils avaient fait des crêpes, alors j'en ai chipé 2 pour les filles … faute avouée à moitié pardonnée Wink
    On essaie de voir avec Audrey quand on pourra se voir la prochaine fois, le truc, c'est que mon portable est mort, et pourtant j'en avais acheté un de merde spécialement pour l'occase, et ben il a pas tenu … Et les bénévoles disent que pour les accompagnateurs, il ne reste que halte là, possession et saint dénis. On décide de laisser tomber halte là, surtout que j'aurai mon sac d'assistance là bas, et qu'à Possession c'est pas mal, ça laisse le temps à Audrey de rentrer à la maison, de recharger mon portable, de faire une petite sieste …
    J'en profite également pour me délester, car là, je sais que je ne vais pas monter très haut, et que mon coupe vent suffira, je lui rends donc ma polaire, mes 2 t shirts seconde peau (j'en ai pris 2 pour en avoir toujours un de sec si jamais je devais m'arrêter d'urgence dans du gros froid), un t shirt manche courtes, mes 3 paires de gants, dont une bien grosse, un bonnet (je garde l'autre au cas où quand meme); un de mes 2 sacs de couchage en couverture de survie (un seul aurait suffit, mais je redoutais vraiment le froid lors de ma 2e nuit seul) et là, je suis vraiment léger. Pauline, ma fille, que j'avais avec Audrey au téléphone au début de la course, et qui était encore en métropole; je lui disais qu'elles allaient venir encourager papa sur la fin de la course, et que grâce à elles, j'allais voler. Et visiblement, elle le prenait au 1er degré, que j'allais vraiment voler … Mais avec ce sac ultra light, c'est clair que je risque de m'envoler ...

    En ce qui me concerne de sans souci à halte là, ça a été sans souci, c'était une partie assez facile que j'ai bien faite. A Halte là, j'ai mieux gérer mon timing. j'ai pris mon sac, ai mis mon t shirt sec, ai réservé en quelque sorte mon lit pour après … j'ai été mangé, suis allé chez les podos, car j'avais une ampoule naissante, et suis allé me coucher, c'est là que j'ai décidé du temps que j'allais dormir. Voulant partir vers 20H30, et connaissant mon temps de réaction pour reranger mes affaires, remplir mes bidons, remanger etc … je mets mon réveil à 20h, c'est à dire que je m'octroie 40mns de sommeil. Et c'est plutôt pas mal, quand je me réveille, ça va, j'aurais bien prolongé, bien sûr, mais bon, je sors de ma torpeur, et besoin pressant oblige, il me faut bien ma 1/2h pour repartir …

    Halte là -> La Redoute

    En tous cas cette pause m'a fait bcp de bien, et même si la montée d'après n'annonce sur le papier que 200m de D+ et qu'elle en fera finalement 600, j'ai la forme, ce sont des montées comme je les aime, assez pentues, mais roulantes, pas des grosses marches, une montée régulière , donc je double pas mal. Dans la descente, on rejoint le trail du bourbon, et j'ai l'impression après de ne plus être qu'avec eux, que dis-je, de ne doubler qu'eux Smile, j'ai la bonne patate, et finalement, le ravito du chemin ratineau arrive trop tôt, car ça m'a un peu coupé dans mon élan. Celui là, j'aurais pu le sauter, mais il y régnait une ambiance folle, ça aurait été dommage de ne pas y aller.

    De chemin ratineau à la possession, par contre, j'ai trouvé ça long, et surtout que je me disais qu'Audrey devait m'attendre, je ne voulais pas perdre trop de temps, mais je ne pouvais guère aller plus vite.
    J'ai doublé des Corses, auquels j'ai raconté mon épisode, eux avaient fait l'ultra de corse (105 , en fait 112kms) , chapeau les gars, car c'est pas facile, mais ça me redonne la peche, car là, j'avance quand même un peu plus vite qu'eux …

    Arrivé enfin à la possession, Audrey n'y est pas, je cherche quand même à manger, je demande à un gars son tél pour appeler Audrey, et lui donne rdv devant le pointage.
    ça me laisse le temps de me resservir en riz, rougaï saucisses, et merguez grillées, et je rejoins mes girls. Elles ont l'air plus épuisées que moi, mais me réconfortent. Je récupère mon téléphone et dit à Audrey qu'elles me retrouveront après l'arrivée, que là, j'en ai à peu près pour 6h (et je ne me suis pas trompé !!!), donc le temps qu'elles rentrent, qu'elles se couchent, il faudrait déjà qu'elles se relèvent, tiens j'ai l'impression que quelqu'un a déjà fait ça …
    Bref, je lui dit que moi à l'arrivée, j'aurais mes sacs qui m'attendront et qu'il y aura en plus mon duvet douillet MDS, et que je dormirai en les attendant.

    Je repars de la possession vers Grande Chaloupe, et c'est du plat, alors je décide de regarder mes textos. Ce qui est con, c'est qu'avec mon portable de merde pour l'occase, je n'ai aucun contact, donc j'ai un peu du mal à savoir qui m'écrit … Mais j'ai reconnu la plume de Malte sur sa précision de la course, du coup je l'appelle. C'était trop bon, je sentais comment il vivait la course et que tous les autres( BR , Jérôme et autres) vivaient la course derrière leur PC, l'ayant déjà vécu moi même, et ça motivait encore plus pour y aller.
    Malte m'a bien briefé sur le chemin des anglais, qui est une succession de montées/descentes et qu'il me fallait continuer de doubler, ce que j'ai fait, car ce genre de montée régulière me convenait bien. Finalement toute la fin du parcours m'allait bien, je n'aime pas trop les toboggans, mais c'est plus en terme psychologique que physique.

    Le chemin des anglais se passe plutôt bien, et viens la dernière montée vers le Colorado, Malte m'a dit que c'était du bitume, et même si tout le monde prône les sentiers pour les courses de trail, je reconnais qu'un peu de bitume ne m'aurait pas déplu Smile
    Enfin, la montée commence par une espèce de chemin des anglais et se poursuit dans des sentiers, on rattrape la route, mais pour la redescendre et rejoindre d'autres sentiers, enfin, encore une succession de toboggans, mais je n'en veux pas à Malte, je sais que je vais finir par y arriver au Colorado, je ne sais pas vraiment quand, mais ce sera surement beaucoup moins long que d'autres sections de toboggans techniques, alors que là les côtes qui se présentent, je les aime bien … Et puis  peut être aussi que je commence à y croire, même si j'essaie de ne pas y penser, car ça me fait un trop plein d'émotions qui me viennent  …
    En tous cas, je finis par y arriver non pas dans un embouteillage, mais dans un traffic dense du trail du bourbon, mais je ne suis pas pressé …

    Au Colorado, des bénévoles toujours formidables, et ils ont un chocolat chaud exceptionnel, j'en ai repris 2 fois tellement il était bon …
    Je me décide enfin à partir pour la dernière descente, que je sais ne sera pas du toboggan …
    Et j'ai évidemment une pêche d'enfer, je veux bien sûr passer la ligne seul, donc quand je vois qqu'un en contre bas, c'est automatiquement quelqu'un que je dois doubler, je descends bien, mais n'évite pas un gros vol plané en ayant butté sur une racine, plus de peur que de mal, car le sentier n'était pas très étroit, et aussi, y avait personne, car ça fout un peu la honte de doubler qqqu'un après l'avoir un peu pressé juste avant …
    Enfin, je continue a doubler, et je passe sous le fameux pont vin sang , dernière ligne droite, Audrey m'appelle à ce moment là, c'est magique, je filme en même temps, j'ai des ailes, je pense que ça doit énerver certains de me voir arriver à fond, mais je ne peux pas me retenir, il y a 2 gars qui se tiennent pour la photo finish, alors je me mets de côté, mais je continue à doubler quand même, et enfin je passe cette ligne  en 55h11mn18s  !!!
    J'ai même oublié d'arrêter ma montre, et pourtant j'y tenais à cette trace … Mais ça va, je n'étais pas à 5mns près, et je m'en suis rendu compte en mangeant juste après, ce qui comptait c'est que ça ne merde pas dans l'enregistrement de l'activité, et ça ne l'a pas fait, alors je suis fier de l'avoir : http://connect.garmin.com/activity/392815697

    Bilan

    Je pense que j'étais vraiment bien préparé pour cette course, la cure un mois avant était nécessaire : Il faut avoir une bonne hygiène de vie pour ce genre d"effort un peu hors norme (meme si tout le monde peut le faire).
    Je n'ai pas senti pendant la course de moment de dégoût , et me dire que c'était la dernière fois que je faisais une m… pareille, c'est donc hyper positif.

    La gestion du sommeil, clairement,, préférer la plaine des tamarins à Marla. J'ai été surpris que 20mns bien placées suffisaient amplement.Car en tout, en comptant l'heure de Marla où je n'ai certainement pas dormi, je cumule environ 2h sur 3 nuits blanches.

    L'organisation, en qui je n'avais pas du tout confiance, suite à tous les warning vu sur les CR, de Carole,Steph, Phil aussi et d'autres, je préférais avoir dans mon sac tout au cas où les sacs d'assistance ne seraient pas là, etc … Que les sacs d'assistance, l'orga n'en donnait pas … Enfin, j'en ai entendu pas mal, et pour le coup, je dois dire que j'ai trouvé que c'était une organisation parfaite, il n'y a que les kdos des partenaires qui a pris un peu trop de temps, mais on n'est pas obligé non plus de les prendre …

    Les bénévoles sont extraordinaires, d'une gentillesse , et d'une serviabilité, je leur dis chapeau!!

    La referais-je ? Je ne sais pas, il y a d'autres courses ailleurs, et comme les réunionnais qui refont leur grand raid 15 fois, moi, j'ai envie de refaire le grand raid de la Martinique, avec un peu plus d'expérience, et un sac qui sera plus léger, je pense que ça peut aller vraiment plus vite que quand je l'ai fait la 1ere fois.

    Enfin, maintenant ce sont 10j de vacances dans cette superbe île où les gens sont super sympas, et on va en profiter à fond avec mes 3 ultra girls que je remercie énormément, sans elles (dans la vie au quotidien), je n'y serai pas arrivé.

    guy

    Messages : 1897
    Date d'inscription : 29/07/2009
    Age : 71
    Localisation : paris

    Re: CR Diag Tiblam

    Message  guy le Mer 23 Oct 2013 - 10:24

    C EST LONG ,LONG MAIS SI BON!!!!

    QUE DE REGRETS QUAND JE T ENTENDS EGRENER CES NOMS MAGIQUES MAIS LA MONTAGNE,J AI JURE DE NE PLUS Y RETOURNER!!!!!!!MEME SI CA ME DEMANGE PARTOUT

    BRAVO ENCORE TIBLAM POUR LA COURSE TOP DES TOPS
    avatar
    atef

    Messages : 215
    Date d'inscription : 06/02/2011
    Age : 40
    Localisation : CANNES

    Re: CR Diag Tiblam

    Message  atef le Mer 23 Oct 2013 - 12:12

    Je pensais qu'en matière de CR long on avait Frank, mais je m'aperçois que Pierre c'est encore plus fort, bref un super récit retraçant très fidèlement cette magnifique aventure aussi folle qu'envoûtante, au travers de ce récit on peut vraiment se rendre compte de ce qu'a été cette aventure et de ce qui attendrai les futurs fous dont j'espère faire partie un jour encore bravo les gars.
    avatar
    tiblam

    Messages : 155
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 41

    Re: CR Diag Tiblam

    Message  tiblam le Mer 23 Oct 2013 - 19:16

    guy a écrit:C EST LONG ,LONG  MAIS SI BON!!!!

    MEME SI CA ME DEMANGE PARTOUT

    ça, je pense, que ça va finir par arriver bientôt Smile

    atef a écrit:e ce qui attendrai les futurs fous dont j'espère faire partie un jour

    Clair que tu en feras partie, et j'attends ton CR Wink

    guillaume-33

    Messages : 111
    Date d'inscription : 04/02/2010
    Age : 40
    Localisation : Paris

    Re: CR Diag Tiblam

    Message  guillaume-33 le Jeu 24 Oct 2013 - 19:02

    Un immense Bravo à Pierre et à Phil pour cet exploit!!!
    Vous avez géré comme des pros du début à la fin, on voit que le métier entre.
    Vous donnez aux non finishers de cette course l'envie d'y foncer!
    Reposez vous bien et savourez l'après course.
    Guillaume.

    Contenu sponsorisé

    Re: CR Diag Tiblam

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 18 Juil 2018 - 17:09